Forums de l'Alliance Francophone Sudden Strike

Communauté autour des jeux vidéo sur la 2ème Guerre Mondiale
It is currently 23 Apr 2024, 07:51

All times are UTC+02:00




Post new topic  Reply to topic  [ 14 posts ] 
Author Message
PostPosted: 23 Dec 2010, 14:05 
User avatar

Joined: 17 Dec 2010, 17:46
Posts: 183
voila presque tous et dit dans le titre pensé vous que l information divulgué par les médias devrai faire l objet d un contrôle comme pour la nouriture
quil est un label de calité pour evité leur jore d buzz comme shakiné qui et un mensonge national

ou bin il faut laisse pour gardé l équilibre pour pas que les con ce rebif ?
peut ton reélment dirigé l opinion public par la tele ? de pas des message subliminal ?

_________________
==========> SSF SS2 RW HS2 RWM <==========
+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
========> http://forum.sudden-strike-alliance.fr/ <========
+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Top
   
PostPosted: 24 Dec 2010, 10:06 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Un label de qualité, oui il faudrait, mais en l'état je ne vois pas grand monde qui en serait digne ! Le JT d'Arté peut-être ? Quoi qu'il était bien meilleur dans son ancienne formule (cette idée de le mixer avec le journal de la culture, encore un complot j'vous dit !).

Bon, de façon générale, les médias ne font plus d'analyse poussée, plus de véritable travail d'information. Ils s'attachent à la "petite phrase" et autres conneries !!

C'est même pleinement assumé. Claire Chazal et Jean-Claude Narcy sont récemment venus à l'université de Metz répondre à des questions d'étudiants (notamment en journalisme). Réponse à certains genres de critiques ?

[i]"C'est le journalisme tel qu'il est actuellement... c'est dans l'air du temps, "la petite phrase [...] et regardez, la télévision publique nous emboîte le pas, regardez le JT de France 2"[/i]

Genre, on est pas des monstres, voyez, le voisin d'en face il fait pareil, c'est que ce n'est pas si mal après tout. Pitoyable !!! Nivellement par le bas, au lieu d'améliorer les choses vers le haut ! Comme quoi la concurrence n'est parfois pas synonyme de hausse de qualité pour le "con...sommateur". On appate le téléspactateur avec ce qu'il y a de plus bas chez lui.

De façon plus générale, la télé pourrait être une arme d'information et d'éducation des masses tout-à-fait redoutable ! Il n'en est rien, la faute à qui ?

Il faut juste savoir que des populations sous-culturées sont bien plus faciles à contrôler. Faudrait surtout pas que le "peuple" devienne intelligent, mon pauvre ami ! :craint:


P.S. : Si je met le peuple entre guillemets, c'est que j'ai plutôt horreur de le voir encore employé de nos jours, et surtout dans la bouche des politiciens véreux qui nous gouvernent. Ca leur arracherait la gueule de parler de "citoyens" ? On a fait la révolution de 1789 pour quoi déjà ?

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
PostPosted: 24 Dec 2010, 11:49 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 17:18
Posts: 1290
Il faudrait... il faudrait tant de choses... pour nous... mais pas pour eux... donc tu peux oublier.


Top
   
PostPosted: 28 Dec 2010, 16:46 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Une lecture intéressante (pour anglophones) :

http://www.livestrong.com/article/14699 ... -behavior/

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
PostPosted: 01 Jan 2011, 19:39 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 15:52
Posts: 3519
à lire plutôt deux fois qu'une :
http://www.amazon.fr/Petite-histoire-d% ... 2268032019
http://www.infoguerre.fr/bibliographies ... r-volkoff/

très grand bonhomme
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Volkoff

_________________
[justify][font="arial,helvetica,sans-serif"]Aujourd'hui, on ne peut plus dire qu'on ne savait pas. Quelqu'un qui est mal informé, c'est quelqu'un qui s'en fout.

L'Hist
[/font]
[font="georgia,serif"]oire de l'humanité devient de plus en plus une course entre l'éducation et la catastrophe.[/font][font="georgia,serif"] "[/font]([font="georgia,serif"]Herbert George Wells )[/font][/justify]


Top
   
PostPosted: 04 Jan 2011, 22:12 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 15:52
Posts: 3519
en français ça donne l'assertivité :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Assertivit%C3%A9

_________________
[justify][font="arial,helvetica,sans-serif"]Aujourd'hui, on ne peut plus dire qu'on ne savait pas. Quelqu'un qui est mal informé, c'est quelqu'un qui s'en fout.

L'Hist
[/font]
[font="georgia,serif"]oire de l'humanité devient de plus en plus une course entre l'éducation et la catastrophe.[/font][font="georgia,serif"] "[/font]([font="georgia,serif"]Herbert George Wells )[/font][/justify]


Top
   
PostPosted: 10 Jan 2011, 14:20 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Un billet trouvé, il y a près de deux ans maintenant, au hasard de mes pérégrinations sur le net. Le monsieur est un professeur si j'ai bonne mémoire (Bryaxis est bien sûr un pseudonyme) :

[quote][u][b][size=150]Héritage[/size][/b][/u]

Ce billet est né d'une conversation que j'ai eue il y a deux jours avec un professeur de l'ULB avec lequel je discutais de la difficulté qu'il y a à enseigner et à adopter un langage commun à l'enseignant et aux étudiants. Cela nous entraina à diverses considérations sur la nécessité qu'il y a d'avoir des bases communes sur lesquelles échanger, des canons sur lesquels se basent les représentations mentales, une sémantique commune aux deux parties.


Pourtant, et c'est là le sujet de ce billet, il devient de plus en plus difficile à mes yeux de trouver ce substrat commun. Notre société perd chaque jour un peu plus la notion de repères intemporels, elle évolue de plus en plus vite en renouvelant ses fondations avant que l'on ait le temps de réellement les assimiler et elle crée des modes profondes mais qui touchent des tranches d'âge sous l'effet de campagnes publicitaires et mercatique qui visent à renouveler, avec plus ou moins de bonheur, la génération précédente de repères.

Ainsi le phénomène Harry Potter est-il une bonne illustration de ce principe dans le domaine de la littérature de fiction du style Fantaisie : star de la deuxième moitié des années 90 et de la première moitié des années 2000 il a engendré une lame de fond culturelle, remettant une génération à la lecture et même à l'écriture, comme en témoignent les nombreuses productions de qualité variable publiées sur le web par des jeunes ou des moins jeunes passionnés par cet univers. Mais ceux nés 5 ou dix ans après cette première vague ont déjà d'autres références : Narnia et Eragon sont devenu les bases sur lesquelles ils évaluent la Fantaisie. Leurs ainés en revanche ont eu pour références les cycles de Robin Hobb (L'assassin Royal) ou de Reymond E. Feist (Chroniques de Krondor), mais surtout l'œuvre magistrale de J.R.R. Tolkien, le seigneur de la littérature qui tous les lia par son écriture.


Mais ce bref exemple qui regarde l'évolution des références dans un domaine pendant une vingtaine d'années peut être généralisé à tous les domaines. Par exemple la mercatique incessante fait qu'il y a eu dans le domaine musical une génération boys band, puis une autre génération Britney avant l'apparition des Star Academy diverses qui ont envahis nos écrans. Ces générations ont dans une large mesure perdu le contact avec les Goldman, Bruel et autres Renaud, sans même parler des Brassens, Brel et autres géants des années 50 ou 60 (je n'évoquerais pas ici l'inoubliable Claude François, trans-générationel par l'intermédiaire des bals populaires et des soirées entre amis).

Autre domaine où ces différences sont marquantes, celui des références TV : là où la génération des années 80 ne jure que par le Club Dorothée, Albator et Nicky Larson ou Cat's Eyes, les plus jeunes songent à Bob l'éponge ou aux séries TV comme Les Experts, Heroes, Weeds et autres Desperate Housewives et les plus âgés sont eux plus prompts à citer Dallas, Derrick ou Magnum.


En soit le phénomène ne semble pas trop grave. Mais quand on constate que le langage des jeunes générations devient incompréhensible, évolution encore accélérée par le « style SMS » et les « chat » internet qui ont entrainé une mutation rapide du langage ainsi qu'un appauvrissement important de celui-ci, alors on commence à s'inquiéter.

En effet les générations n'ayant plus les mêmes référentiels et modes de communications ne se comprennent plus et progressivement de l'incompréhension nait la défiance, la peur, et l'on en arrive à des sociétés qui se défient de leurs jeunes au point de vouloir les contrôler, les surveiller, les confiner dans certains lieux et certains temps. Le phénomène est encore aggravé par le fait que les gens en général échangent de moins en moins avec leur entourage, préférant communiquer avec ceux qui partagent leurs centres d'intérêts. On assiste à la création de communautés recluses sur elles mêmes qui se défient des autres, phénomène qui se produit de manière tant horizontale (au sein d'une même classe d'âge) que verticalement.

Paradoxalement donc la société de communication instantanée devient une société dans laquelle on ne communique plus avec son entourage : au lieu de se rapprocher de ceux qui nous entourent nous nous en éloignons de plus en plus, au point de progressivement déliter jusqu'aux fondements mêmes de notre société.


C'est là à mon sens un grand danger auquel nous devons faire face sans délais sous peine de voir s'aggraver un certain nombre de dérives fascistes résultant de la peur créée par cet éloignement : après les Mosquito, caméras de sécurité et autres puces RFID permettant une traque des individus nous en arriverons à des situations bien plus tragiques : les grands auteurs de science-fiction nous donnent une idée de ce que pourrait être ce sombre avenir.


Bryaxis[/quote]

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
PostPosted: 10 Jan 2011, 15:15 
User avatar

Joined: 17 Dec 2010, 17:46
Posts: 183
-----------------------------------------------------------------------------------
Pourtant, et c'est là le sujet de ce billet, il devient de plus en plus difficile à mes yeux de trouver ce substrat commun. Notre société perd chaque jour un peu plus la notion de repères intemporels, elle évolue de plus en plus vite en renouvelant ses fondations avant que l'on ait le temps de réellement les assimiler et elle crée des modes profondes mais qui touchent des tranches d'âge sous l'effet de campagnes publicitaires et mercatique qui visent à renouveler, avec plus ou moins de bonheur, la génération précédente de repères.

Ainsi le phénomène Harry Potter est-il une bonne illustration de ce principe dans le domaine de la littérature de fiction du style Fantaisie : star de la deuxième moitié des années 90 et de la première moitié des années 2000 il a engendré une lame de fond culturelle, remettant une génération à la lecture et même à l'écriture, comme en témoignent les nombreuses productions de qualité variable publiées sur le web par des jeunes ou des moins jeunes passionnés par cet univers. Mais ceux nés 5 ou dix ans après cette première vague ont déjà d'autres références : Narnia et Eragon sont devenu les bases sur lesquelles ils évaluent la Fantaisie. Leurs ainés en revanche ont eu pour références les cycles de Robin Hobb (L'assassin Royal) ou de Reymond E. Feist (Chroniques de Krondor), mais surtout l'œuvre magistrale de J.R.R. Tolkien, le seigneur de la littérature qui tous les lia par son écriture.


Mais ce bref exemple qui regarde l'évolution des références dans un domaine pendant une vingtaine d'années peut être généralisé à tous les domaines. Par exemple la mercatique incessante fait qu'il y a eu dans le domaine musical une génération boys band, puis une autre génération Britney avant l'apparition des Star Academy diverses qui ont envahis nos écrans. Ces générations ont dans une large mesure perdu le contact avec les Goldman, Bruel et autres Renaud, sans même parler des Brassens, Brel et autres géants des années 50 ou 60 (je n'évoquerais pas ici l'inoubliable Claude François, trans-générationel par l'intermédiaire des bals populaires et des soirées entre amis).
---------------------------------------------------------------------

passage intéressant

peut t' on considéré la pub comme faisant parti de la culture d un pays
car celle ci et quand même classer et répertorier et il nous les remontres tous les ans dans leur émission a la con avec les enfants de la télé

_________________
==========> SSF SS2 RW HS2 RWM <==========
+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
========> http://forum.sudden-strike-alliance.fr/ <========
+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+


Top
   
PostPosted: 24 Jan 2011, 18:18 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 15:52
Posts: 3519
qu'est-ce qu'on s'éclate :-D
http://www.dailymotion.com/video/x6ryy3 ... from=embed

_________________
[justify][font="arial,helvetica,sans-serif"]Aujourd'hui, on ne peut plus dire qu'on ne savait pas. Quelqu'un qui est mal informé, c'est quelqu'un qui s'en fout.

L'Hist
[/font]
[font="georgia,serif"]oire de l'humanité devient de plus en plus une course entre l'éducation et la catastrophe.[/font][font="georgia,serif"] "[/font]([font="georgia,serif"]Herbert George Wells )[/font][/justify]


Top
   
PostPosted: 17 Feb 2011, 17:55 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Sur la guerre "déconnectée de la réalité" :

[quote][...]

Cette situation me rappelle irrésistiblement les images mollement effrayantes qui avaient été produites par la première guerre du Golfe, des images qui ressemblaient furieusement à des jeux vidéo et qui semblaient fasciner les militaires eux-mêmes. La réalité des habitants de Bagdad était subitement devenue abstraite, des cibles, des points, des boutons à presser.
À cette époque, les militaires se considéraient dans leur absolu bon droit, ils défendaient le petit Koweït, sous mandat de l’ONU, contre l’appétit de son puissant voisin, l’Irak.


Dix ans plus tard, l’après 11/09 est nettement moins naïf et l’enthousiasme des militaires qui s’écriaient « c’est beau comme un sapin de noël !» en assistant au déluge de feu dont ils étaient eux-mêmes les auteurs, a laissé la place à une guerre « virtuelle » encore plus sordide comme semble le prouver l’effrayante vidéo Anaconda Target, de l’artiste Dominic Angerame. Ce film de douze minutes montre des bâtiments, des véhicules et des personnes en Afghanistan, vues du dessus et de très loin. L’image est accompagnée des bavardages des militaires qui visent et qui tirent sur leurs ennemis, évitant tout de même soigneusement d’atteindre la mosquée d’où sortent ceux qui leur servent de cibles : il ne faudrait pas froisser quelqu’un en s’en prenant à un symbole religieux. Ces images m’en rappellent d’autres à leur tour, elles m’évoquent un jeu assez atroce et sans intérêt nommé prairie dog hunter, sorti il y a près de vingt ans sous Windows, dans lequel on devait tirer à vue sur des chiens de prairie lorsqu’ils apparaissaient.
Le jeu était en couleurs et le joueur voyait la figure souriante de ces marmottes américaines avant de les dégommer.
Depuis leur console, les militaires de Anaconda Target ne voient pas les visages, ils ne voient pas le sang, ils ne voient plus que des taches lumineuses. Ils se congratulent ou ils rient en terrorisant celles de ces taches qui cherchent à échapper à leurs tirs.
J’ai peur que le massacre virtuel des chiens de prairie soit, d’un point de vue visuel, bien plus choquant que le massacre réel d’irakiens depuis un hélicoptère (je crois) high-tech.


Évidemment, en 1984 dans un film pour enfants, un conte de fées intersidéral assumé comme tel, la question ne se pose pas de cette manière-là. On nous dit que les méchants sont les méchants et ma foi, nous y croyons – d’autant qu’ils sont très moches et qu’ils vivent dans des vaisseaux spatiaux très mal éclairés, comme tous les méchants de l’espace. Mais vingt ans plus tard, la virtualisation du réel est une question que l’on peut et que l’on doit se poser. En interposant des écrans entre les combattants, on rend abstraits et sans conséquences des drames tout ce qu’il y a de concrets. Des sénateurs américains ont proposé de légiférer contre des jeux vidéo « gore », mais qui créera des lois pour empêcher que l’on adoucisse la perception d’une réalité gore ?


L’armée américaine a fait développer pour ses besoins propres des jeux de simulation guerrières depuis plus de deux décennies : jeux de chars (Battlezone, réalisé avec Atari en 1980), simulateurs de vol, etc. Mais un cran a été dépassé avec America’s Army. Développé par l’armée américaine pour sept millions de dollars, ce jeu est précisément un bureau de recrutement militaire, un jeu d’apprentissage et un outil de propagande. Signalons que cette pratique n’est pas unique à l’armée américaine, il existe des jeux concurrents tels que Special Force, réalisé par le Hezbollah au Liban, par exemple.
Diffusé gratuitement sur PC, America’s Army enseigne aux jeunes gens l’importance des valeurs d’entraide et de coopération au sein d’un commando militaire et il leur apprend à tirer sur tout ce qui porte un turban.


Le site officiel du jeu America’s Army plonge son public dans une confusion étrange. Plusieurs éléments visuels (le motif de fond de page, très « camouflage », fortement pixelisé ; des images représentant des soldats en 3D ; un lien vers une page de téléchargement) signalent qu’il s’agit bien d’un site consacré à un jeu vidéo. Mais plusieurs liens mènent vers des pages bien différentes : information sur les métiers de l’armée, témoignages de soldats, et même, une page consacrée aux héros de guerre. C’est cette page, intitulée Real Heroes, qui m’intéresse le plus, car de manière assez atypique, elle ne contient que les noms de soldats vivants. C’est atypique car les héros de guerre, comme les saints catholiques, sont toujours morts — cet état permet de leur prêter des paroles et des pensées sans risque d’être contredit. Ici nous voyons plutôt des recruteurs : sergents, lieutenants, majors, qui tous présentés avec une petite photographie, une biographie, et leur profession de foi : « I will never quit », « I will never leave a fallen comrade », « I will never accept defeat », « I will always place the mission first ».
S’il y a une chose que l’on oublie dans les jeux vidéo, c’est l’éventualité de la mort, car dans le jeu, mourir, ça signifie juste devoir tout reprendre à zéro. Cette expérience est désagréable mais pas traumatisante, ou en tout cas, pas irréversible. Les biographies des « vrais héros » montrées sur le site évacuent totalement la question de la mort, qui est pourtant au centre même de l’existence du soldat.


On s’est beaucoup ému, au début des années 1990, à l’idée que le jeu vidéo pouvait faire perdre pied avec la réalité. On a accusé Wolfenstein 3D et autres « first person shooters » d’être responsables de la violence dans le milieu scolaire. Ce sont les inquiétudes liées à la porosité entre le réel et le virtuel qui avaient mené l’industrie du jeu à se doter d’un système de classification indiquant le degré de violence des jeux ou l’âge minimal de ceux à qui ils sont destinés. Comme souvent dans l’histoire de l’industrie du divertissement aux États-Unis, ce sont les éditeurs eux-mêmes qui ont pris les devants et créé leur système d’auto-censure. Pour le cinéma cela a été les « ratings » du Motion Picture Association of America ; pour la bande dessinée, le Comics Code Authority ; pour la musique, les Parental Advisory de la Recording Industry Association of America. Chaque fois l’idée est d’empêcher l’état de légiférer. Il en est allé de même pour le jeu vidéo. Deux sénateurs américains, Joe Lieberman et Herb Kohl ont dirigé une commission d’enquête sénatoriale sur le thème de la « corruption de la société par la violence des jeux vidéo ». Il est intéressant de noter que la violence adolescente n’a cessé de baisser alors même que la violence des jeux augmentait (mais les deux évènements ne sont a priori pas liés, cf. l’ouvrage Freakonomics). La question de l’influence de la fiction (interactive ou non) n’est jamais posée sur un plan scientifique, ou plutôt les expériences scientifiques dans le domaine ne sont jamais incluses au débat. Le politique et l’industrie s’accordent à fournir un semblant de solution sans prouver l’existence du problème. De son côté, le public de ces fictions cherche souvent à nier l’influence que celles-ci peuvent avoir.

Dans le cas du jeu vidéo, le fait que les États-Unis dépensent des millions de dollars pour créer un « shoot’em up » gratuit laisse penser que l’armée voit là un outil intéressant. Les américains ont un mot pour décrire la modification intentionnelle du comportement par le biais de la technologie : [b][color=orange]persuasive technology[/color][/b].


Le virtuel a évidemment une influence sur le réel, mais laquelle ? Chacun de nous sait bien qu’il ne suffit pas de regarder un film violent pour avoir un comportement violent, ou du moins nous connaissons la distance qui sépare la fiction de la réalité lorsque nous sommes concernés, mais nous nous méfions plus des autres : enfants, simples d’esprits, personnalités instables,… C’est d’ailleurs toujours ça la censure, personne ne veut de censure pour lui-même (chacun a une haute opinion de son propre jugement) mais on la veut toujours pour protéger autrui, ou se protéger d’autrui.[/quote]
http://www.hyperbate.com/dernier/?p=606

http://www.cinemod.net/films/Anaconda.html


Et en prime, lien vers un jeu vidéo intitulé... "America's Army"... !-/

http://www.americasarmy.com/downloads/

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
PostPosted: 17 Feb 2011, 19:53 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 15:52
Posts: 3519
excellent propos, excellents liens, vrai débat, merci ma caille!

_________________
[justify][font="arial,helvetica,sans-serif"]Aujourd'hui, on ne peut plus dire qu'on ne savait pas. Quelqu'un qui est mal informé, c'est quelqu'un qui s'en fout.

L'Hist
[/font]
[font="georgia,serif"]oire de l'humanité devient de plus en plus une course entre l'éducation et la catastrophe.[/font][font="georgia,serif"] "[/font]([font="georgia,serif"]Herbert George Wells )[/font][/justify]


Top
   
 Post subject: Les 48 lois du pouvoir
PostPosted: 23 Jun 2011, 21:13 
User avatar

Joined: 07 Jan 2011, 18:18
Posts: 4524
Robert Greene a publié en 1998 "48 Laws of Power" qui se veut être une distillation de 3000 ans d'histoire du pouvoir.
Il souhaite synthétiser dans son œuvre la sagesse de grands penseurs tels Machiavel, Sun-Tsu ou encore Clausewitz.

Voici résumé ici, et en français, un livre que j'ai beaucoup apprécié (comme beaucoup dans son genre dont je parlerai ici) et qui demande une grande réflexion sur chaque loi.
Évidemment, que ceux qui croient encore que le monde est beau et les gens gentils et bien attentionnés, passez votre chemin.

[i]On est dans la vie réelle ici...[/i]

[u][b]LOI 1 : Ne faites jamais de l’ombre au maître.[/b][/u]

Laissez toujours ceux au dessus de vous se sentir confortablement supérieurs.
Dans votre désir de plaire ou de les impressionner, ne mettez pas trop en jeu vos talents ou vous provoquerez l’effet inverse : inspirer de la crainte ou de l’insécurité.
Laissez vos maitres apparaitre plus brillants qu’ils ne le sont, et vous atteindrez le sommet des pouvoirs.

[u][b]LOI 2 : Ne mettez jamais trop de confiance dans vos amis, Apprenez à utiliser vos ennemis.[/b][/u]

Soyez attentifs à vos amis, ils vous trahiront plus facilement, et seront plus facilement tentés par la jalousie.
Ils deviennent aussi plus frustrés et plus tyranniques.
Mais utilisez un vieil ennemi et il sera plus loyal qu’un vieil ami, parce qu’il a plus a prouver.
En fait vous avez plus à craindre de vos amis que de vos ennemis.
Si vous n’avez pas d’ennemis, trouvez un moyen de vous en faire.

[u][b]LOI 3 : Cachez vos intentions.[/b][/u]

Laissez les gens en porte à faux et dans obscurité en ne révélant jamais le but derrière vos actions.
S’ils n’ont aucun indice de ce que vous allez faire, ils ne peuvent préparer aucune défense.
Guidez les suffisamment vers la fausse direction, enveloppez les avec suffisamment de brouillard et au moment où ils découvriront vos intentions il sera trop tard.

[u][b]LOI 4 : Dites-en toujours moins que nécessaire.[/b][/u]

Quand vous cherchez à impressionner les gens avec vos paroles, plus vous en dites, plus vous paraissez banal, et moins vous maitrisez la situation.
Si vous dites quelque chose de banal, ce sera original si vous restez vague, et ouvert d’esprit.
Les puissants impressionnent et intimident en disant peu.
Plus vous parlez, plus vous avez de chances de dire quelque chose d’absurde.

[u][b]LOI 5 : Tout dépend de la réputation, défendez la à tout prix.[/b][/u]

La réputation est la pierre angulaire du pouvoir.
Juste avec la réputation vous pouvez intimider et vaincre.
Si elle s’effondre, vous devenez vulnérable et attaqué de toutes parts.
Construisez votre réputation de manière inébranlable.
Soyez toujours en alerte des attaques potentielles et contrez-les avant qu’elles n’apparaissent.
Apprenez également à détruire la réputation de vos ennemis en ouvrant des brèches dans leur réputation.
Ensuite restez en dehors et attendez que l’opinion publique les descende.

[b][u]LOI 6 : Créez l’attention à tout prix.[/u][/b]

Tout compte sur l’apparence, ce qui est invisible ne compte pour rien.
Ne vous perdez jamais dans la foule, ou périssez dans l’oubli.
Levez vous.
Soyez visible à tout prix.
Soyez magnétique, apparaissez plus grand, plus coloré, plus mystérieux que les masses transparentes et timides.

[u][b]LOI 7 : Faites faire le travail par les autres, récoltez en le crédit.[/b][/u]

Utilisez la sagesse, la connaissance, le travail des autres pour nourrir votre propre cause.
Cette assistance ne vous épargne pas seulement du temps et de l’énergie précieux, elle vous apporte une aura divine d’efficacité et de rapidité.
A la fin, on oubliera vos collaborateurs mais on se souviendra de vous.
Ne faites jamais vous-même ce que d’autres peuvent faire pour vous.

[b][u]LOI 8 : Faites venir les gens à vous, utilisez l’enchère si nécessaire.[/u][/b]

Quand vous forcez quelqu’un à faire quelque chose, vous êtes celui qui contrôle.
Il est toujours plus efficace de faire venir votre adversaire à vous, abandonnant ses propres plans pour les vôtres.
Appâtez-le avec de fabuleux gains, ensuite attaquez.
Vous tenez les cartes en main.

[u][b]LOI 9 : Gagnez toujours par vos actions, jamais par vos arguments.[/b][/u]

Un triomphe éphémère via l’argumentation crée un ressentiment plus fort et plus long qu’un changement d’opinion.
Il est plus profitable de réunir l’assentiment
de l’autre par ses actions sans dire un mot.
Démontrez, n’expliquez pas.

[u][b]LOI 10 : Empoisonnement : évitez le malheureux et le malchanceux.[/b][/u]

Vous pouvez mourir de la misère de quelqu’un d’autre, les états émotionnels sont aussi toxiques que les maladies.
Vous pouvez croire aider la personne en désespoir, mais vous ne faites que vous précipiter vers votre propre désastre.
Les infortunés créent souvent le malheur sur eux-mêmes et aussi autour d’eux.
Associez vous plutôt aux heureux et fortunés.

[u][b]LOI 11 : Apprenez à rendre les gens dépendants de vous.[/b][/u]

Pour maintenir votre indépendance vous devez toujours être demandé et sollicité.
Plus vous êtes connecté, plus vous avez de liberté.
Rendez les gens dépendants
de vous pour leur gaieté et leur prospérité, vous n’aurez rien à craindre.
Ne leur enseignez jamais tout pour qu’ils puissent se passer de vous.

[b][u]LOI 12 : Jouez sur l’honnêteté et la générosité pour désarmer vos victimes.[/u][/b]

Un acte sincère et honnête en couvrira une douzaine de malhonnêtes.
Les actes de franchise et d’honnêteté désarment même les gens les plus soupçonneux.
A partir du moment où votre honnêteté ouvre une brèche dans l’armure de votre adversaire, vous pourrez le décevoir et le manipuler avec soin.
Un don de temps, un cheval de Troie, serviront les mêmes fins.

[u][b]LOI 13 : Quand vous demandez de l’aide, faites valoir l’intérêt personnel de l’autre[/b][/u]

Ne demandez jamais sa pitié ou sa gratitude.
Si vous nécessitez l’aide d’un ami, ne lui rappelez pas votre assistance ou vos dons précédents.
Il trouvera une manière de vous ignorer.
Plutôt, trouvez dans votre requête ou votre alliance quelque chose qui lui sera bénéfique, et faites en une panacée.
Il répondra avec enthousiasme quand il y trouvera un intérêt personnel.

[u][b]LOI 14 : Positionnez vous comme un ami, travaillez comme un espion[/b][/u]

Connaitre votre rival est critique.
Utilisez des espions pour récolter de l’information qui vous laissera toujours un coup d’avance.
Encore mieux : soyez vous-même l’espion.
Dans les récoltes sociales, apprenez à questionner indirectement de manière à récolter des faiblesses et des intentions.
Toute occasion est bonne pour espionner artistiquement.

[u][b]LOI 15 : Détruisez totalement votre ennemi[/b][/u]

Tous les grands meneurs savaient qu’un ennemi craint doit être détruit complètement.
(Quelquefois ils l’ont su de la mauvaise manière).
Si une braise
reste allumée, peu importe de quelle manière elle se consume, le feu reprendra finalement.
La défaite est d’autant plus grande lors d’un arrêt à mi-course que lors d’une destruction totale: l’ennemi se relèvera et cherchera revanche.
Détruisez le, pas seulement physiquement mais également spirituellement.

[u][b]LOI 16 : Utilisez l’absence pour augmenter votre respect et votre honneur[/b][/u]

Trop de présence fait tomber le prix : plus vous êtes vus et entendus, plus vous apparaissez commun.
Si vous êtes déjà établi dans un groupe, vous en retirer
temporairement fera parler plus de vous, voire plus admiré.
Vous devez savoir quand partir.
Créez de la valeur avec de la rareté.

[u][b]LOI 17 : Créez un climat de terreur, cultivez un air d’imprévisibilité[/b][/u]

Les humains sont des créatures avec un profond besoin de voir de la familiarité dans les actions des autres.
Votre prévisibilité leur donne un sentiment de contrôle.
Changez les lois : soyez volontairement imprévisible.
Les comportements qui ne semblent pas avoir de but ou de consistance les laissent en porte à faux, et ils se sortiront d’eux même pour tenter d’expliquer vos comportements.
A l’extrême cette stratégie peut intimider et terrifier.

[u][b]LOI 18 : Ne construisez pas des forteresses pour vous protéger, l’isolement est dangereux[/b][/u]

Le monde est dangereux et les ennemis sont partout, tout le monde doit se protéger.
Une forteresse semble être le plus sûr. Mais l’isolement vous expose à plus de dangers qu’elle ne vous protège : elle vous coupe d’informations vitales, elle vous rend ostensible et donc une facile proie.
Il est plus avantageux de naviguer dans la foule, de trouver des alliés à intégrer.
Vous êtes protégés de vos ennemis par la foule.

[u][b]LOI 19 : Sachez avec qui vous traitez, n’offensez pas la mauvaise personne[/b][/u]

Il y a plein de gens différents dans le monde, et vous ne pouvez pas assurer que tout le monde réagira à votre stratégie de la même façon.
Décevez ou écartez une personne et elle passera le reste de sa vie à chercher revanche.
Ces personnes sont des loups déguisés en agneaux.
Choisissez vos victimes et vos adversaires avec attention, ensuite n’offensez ou ne décevez pas la mauvaise personne.

[u][b]LOI 20 : Ne vous dévouez à personne[/b][/u]

C’est toujours l’idiot qui s’empresse de prendre parti.
Ne vous dévouez à aucune cause si ce n’est la vôtre.
En maintenant votre indépendance, vous devenez le maître des autres, manipulant les uns contre les autres, les faisant suivre votre voie.

[u][b]LOI 21 : Jouez l’imbécile pour attraper un imbécile, paraissez plus bête que votre cible.[/b][/u]

Personne n’aime se sentir plus stupide qu’un autre. Le truc est de faire croire à vos victimes qu’elles sont plus intelligentes que vous.
Une fois convaincues elles ne suspecteront jamais que vous avez d’autres motivations.

[b][u]LOI 22 : Utiliser la tactique de l’abandon, transformez la faiblesse en puissance[/u][/b]

Quand vous êtes plus faibles, ne vous battez jamais pour l’honneur, préférez l’abandon.
L’abandon vous laisse du temps pour reprendre forme, pour tourmenter et irriter votre conquérant, le temps d’attendre que sa force diminue.
Ne lui donnez pas la satisfaction de se battre et vous mettre en défaite, abandonnez en premier.
En tendant l’autre joue, vous le rendez furieux et le perturbez.
Utilisez l’abandon comme un outil de puissance.

[u][b]LOI 23: Conservez vos forces.[/b][/u]

Conservez votre force et énergie en les concentrant en un seul point.
Vous gagnez plus en vous concentrant sur un riche filon et en l’approfondissant, qu’en naviguant d’un filon à l’autre.
L’intensité bat toujours l’extension.
Quand vous recherchez des sources de pouvoir pour vous étendre, trouvez le bon boss, la bonne vache à lait qui vous donnera du lait pour longtemps.

[u][b]LOI 24 : Jouez le parfait courtisan[/b][/u]

Le parfait courtisan réussit dans un monde où tout tourne autour du pouvoir et de la dextérité politique.
Il maitrise l’art du contournement, il flatte les supérieurs, et répand le pouvoir sur les autres avec grâce.
Apprenez et appliquez les lois de la Cour et vous gravirez les échelons sans limites.

[u][b]LOI 25 : Régénérez-vous[/b][/u]

N’acceptez jamais les rôles que la société vous colle.
Régénérez vous en vous forgeant une nouvelle identité, une qui attire l’attention et n’ennuie jamais l’audience.
Soyez le maitre de votre propre image plutôt que de laisser les autres décider pour vous.
Appliquez des connotations dramatiques dans vos gestes et vos actions publiques, votre pouvoir sera décuplé et votre personnalité semblera exceptionnelle.

[u][b]LOI 26 : Gardez les mains propres[/b][/u]

Vous devez être preuve de civilité et d’efficacité : vos mains ne doivent jamais être souillées par des erreurs et des besoins dégueulasses.
Maintenez cette parfaite apparence en utilisant les autres comme bouc émissaires pour déguiser votre implication.

[u][b]LOI 27 : Jouez sur le besoin de croyance pour créer un esprit culte[/b][/u]

Les gens ont un irrépressible besoin de croire en quelque chose.
Devenez le focus de ce besoin en leur offrant une cause, une nouvelle croyance à suivre.
Gardez vos mots flous mais plein de promesses, privilégiez l’enthousiasme plutôt que le rationnel et la pensée claire.
Donnez à vos nouveaux disciples des rituels à faire, demandez leur des sacrifices pour votre cause.
En l’absence de grandes religions et de grandes causes, votre nouvelle croyance vous apportera un pouvoir non dit.

[u][b]LOI 28 : Entrez dans l’action avec confiance[/b][/u]

Si vous doutez de la suite d’une œuvre, ne tentez pas.
Vos doutes et hésitations vont infecter votre exécution.
La timidité est dangereuse, c’est mieux d’entrer avec confiance.
Toutes les erreurs que vous commettez avec audace sont réparées avec plus d’audace.
Tout le monde admire la confiance, personne n’aime la timidité.

[u][b]LOI 29 : Planifiez toutes les étapes jusqu’à la fin.[/b][/u]

La fin est tout.
Planifiez toutes les étapes jusqu’au but en étudiant toutes les conséquences possibles, obstacles, et revers de fortune qui peuvent renverser votre travail et donner la gloire aux autres.
En planifiant jusqu’à la fin, vous ne serez pas dérangé par les circonstances et vous saurez quand vous arrêter.
Guidez votre fortune et aidez vous à déterminer le futur en pensant en avant.

[u][b]LOI 30 : Faites vos exploits sans efforts[/b][/u]

Vos actions doivent sembler naturelles et exécutées avec aise.
Tout le travail, la sueur et trucs efficaces doivent être dissimulés.
Agissez sans effort, comme si vous pouviez en faire plus.
Evitez la tentation de révéler combien vous avez travaillé dur, ça soulève seulement des questions.
Ne révélez jamais vos trucs, ou ils seront utilisés contre vous.

[u][b]LOI 31 : Contrôlez les options, laissez les autres jouer avec les cartes que vous distribuez.[/b][/u]

Les meilleures déceptions sont celles qui semblent donner aux autres un choix,
ils pensent contrôler alors qu’ils sont vos marionnettes. Distribuez des options
qui vous favorisent dont une qu’ils choisissent. Forcez les à choisir avec le
moindre de deux enfers, les deux servant votre cause. Mettez les dans une
situation de dilemme : ils se font avoir quelque soit l’endroit où ils tournent.

[u][b]LOI 32 : Jouez sur les fantaisies des gens.[/b][/u]

La vérité est souvent niée parce qu’elle est laide et déplaisante.
Ne faites jamais référence à la vérité et à la réalité avant d’être préparé à la haine qui suit le désenchantement.
La vie est tellement rude que ceux qui créent de la fantaisie et de la romance sont comme des oasis dans le désert : tout le monde se ruent vers eux.
Il existe un grand pouvoir à créer des fantaisies pour les masses.

[b][u]LOI 33 : Découvrez la faiblesse de chacun.[/u][/b]

Tout le monde a une faiblesse, une faille dans le mur du château.
Cette faiblesse est habituellement une insécurité, une émotion ou un besoin incontrôlable, un petit plaisir secret.
De toute façon, une fois trouvé, c’est un indice que vous pouvez tourner à votre avantage.

[u][b]LOI 34 : Soyez royal dans votre propre Mode :[/b][/u]

Agissez comme un Roi et vous serez traité comme tel.
La manière dont vous vous comportez détermine souvent la manière dont vous êtes traité : dans la longue course, apparaissez commun ou vulgaire et les gens ne vous traiteront pas avec respect.
Un Roi se respecte et inspire aux autres le même respect.
En agissant royalement et confiant en vos pouvoirs, vous vous prédestinez à porter la couronne.

[u][b]LOI 35 : Maitrisez l’Art du timing[/b][/u]

Ne paraissez jamais pressés. L’empressement suggère un manque de self-control, et de contrôle sur le temps.
Apparaissez toujours patient, comme si vous saviez que vous obtiendrez ce que vous désirez.
Devenez un détective du bon moment, respirez l’air du temps, les tendances qui vont mèneront au pouvoir.
Apprenez à vous retourner quand l’air du temps n’est pas bon et à vous battre avec fierté quand le moment est venu.

[u][b]LOI 36 : Dédaignez ce que vous ne pouvez avoir, l'ignorer est la meilleure revanche.[/b][/u]

En relevant à un petit problème, vous lui donnez existence et crédibilité.
Plus d’attention vous portez à un ennemi, plus vous le rendez fort.
Une petite erreur empire alors et devient plus visible quand vous essayez de la régler.
Si vous voulez quelque chose que vous ne pouvez avoir, méprisez le.
Le moins d’intérêt vous montrez, le plus supérieur vous paraissez.

[u][b]LOI 37 : Créez des spectacles incontestables[/b][/u]

Maîtrisez l’image et la gestuelle symbolique apporte l’aura du pouvoir, tout le monde y répond.
Faites le spectacle pour ceux autour de vous, ensuite disposez des symboles rayonnants qui soutiennent votre présence.
Floué par les apparences, personne ne se doutera de ce que vous faites.

[u][b]LOI 38 : Pensez comme il vous plait, mais comportez vous comme les autres.[/b][/u]

Si vous montrez que vous allez à contre courant, déversant vos idées non-conventionnelles et vos manières peu orthodoxes, les gens vont croire que vous cherchez l’attention et que vous les méprisez.
Ils trouveront une manière pour vous punir de se sentir inférieurs.
Il est beaucoup plus sain de le cacher et de suivre la voie commune.
Partagez votre originalité avec vos amis tolérants et ceux prêts à apprécier votre spécificité.

[u][b]LOI 39 : Attisez l’eau pour attraper le poisson.[/b][/u]

Colère et émotions sont stratégiquement contreproductives.
Vous devez toujours rester calme et objectif.
Mais si vous pouvez pousser vos ennemis à la colère alors que vous restez calme, vous gagnez un avantage décisif.
Mettez vos ennemis en porte à faux, trouvez la faiblesse dans leur vanité pour les déstabiliser et vous tenez les cartes en main.

[u][b]LOI 40 : Rejetez le déjeuner gratuit[/b][/u]

Ce qui est offert, gratuit, est toujours dangereux : ça cache toujours une obligation cachée ou un piège.
Ce qui a de la richesse doit être payé pour.
En payant votre dû, vous vous mettez à l’abri de la gratitude, de la culpabilité, de la déception.
C’est souvent utile de payer le plein tarif, il n’y a pas de raccourcis pour l’excellence.
Soyez copieux avec votre argent et faites le circuler, la générosité est un signe et un aimant du pouvoir.

[b][u]LOI 41 : Evitez de rester dans les traces d’un maître[/u][/b]

Ce qui apparait en premier parait toujours meilleur que ce qui vient par la suite.
Si vous succédez à un grand homme ou à un parent connu, vous nécessiterez le double de travail pour lui faire de l’ombre.
Ne restez pas perdu dans leur ombre, ou englué dans le passé qui est n’est pas le vôtre.
Etablissez votre propre nom et identité en changeant de voie.
Tuez le père dominant, dispersez son héritage, et gagnez du pouvoir en brillant de votre propre chef.

[u][b]LOI 42: Frappez le berger et les moutons s’éparpillent[/b][/u]

Les problèmes peuvent souvent être à l’origine d’un fort individu, l’instigateur, le sous-fifre arrogant, l’empoisonneur de la bonne volonté.
Si vous autorisez de telles personnes à agir, les autres succomberont à leur influence.
N’attendez pas que les problèmes qu’ils causent se multiplient, n’essayez pas de négocier avec eux, ils sont irrémédiables.
Neutralisez leur influence en les isolant ou en les bannissant.
Tapez à la source du problème et les moutons s’éparpillent.

[u][b]LOI 43 : Agissez sur le cœur et l’esprit des autres.[/b][/u]

La coercition crée une réaction qui agira finalement contre vous.
Vous devez séduire les autres en les motivant vers votre direction.
Une personne que vous avez séduite devient votre loyale pion.
Pour séduire les autres, intervenez sur leurs faiblesses et psychologies individuelles.
Adoucissez les résistants en travaillant sur leurs émotions, en jouant sur ce qu’ils chérissent et ce qu’ils craignent.
Ignorez le cœur et l’esprit des autres et ils commenceront à vous
détester.

[u][b]LOI 44 : Désarmez et rendez fou avec l’effet miroir.[/b][/u]

Le miroir reflète la réalité, mais il est aussi le parfait outil pour la déception : quand vous imitez vos ennemis, reflétant exactement ce qu’ils font, ils ne peuvent percevoir votre stratégie.
L’imitation les moque et les humilie, les faisant réagir fortement.
En reflétant leur psyché, vous les séduisez en leur donnant l’illusion que vous partagez leurs valeurs.
En reflétant leurs actions, vous les séduisez en leur donnant une leçon.
Peu de gens résistent au pouvoir de l’effet miroir.

[u][b]LOI 45 : Prêchez le besoin de changement, mais ne réformez pas trop à la fois.[/b][/u]

Tout le monde comprend le besoin de changement dans l’abstrait, mais les humains
sont des créatures d’habitude, dans le jour après jour.
Trop d’innovations est traumatique et conduira à la révolte.
Si vous êtes nouveau dans une situation de pouvoir, ou un outsider essayant de consolider une base, faites en sorte de respecter les vieilles façons de faire.
Si le changement est nécessaire, faites le sentir comme une amélioration sur le passé.

[u][b]LOI 46 : N’apparaissez jamais trop parfaits.[/b][/u]

Apparaitre meilleur que les autres est toujours dangereux, mais le plus dangereux est d’apparaitre sans fautes ni faiblesses.
L’envie crée des ennemis silencieux.
C’est élégant de montrer quelques défauts, quelques vices, de manière à détourner l’envie et paraitre plus humain.
Seuls les dieux et les morts peuvent apparaitre parfaits avec impunité.

[b][u]LOI 47 : Ne dépassez pas le but que vous cherchiez[/u][/b]

Dans la victoire, sachez quand vous arrêter.
Le moment de la victoire est souvent un moment périlleux.
Dans cette chaleur du succès, la victoire peut vous pousser vers l’arrogance, la surestimation de vos capacités, peut vous pousser plus loin que le but que vous recherchiez.
En allant trop loin, vous vous créez plus d’ennemis que vous n’en battez.
Ne permettez pas au succès d’accéder à votre tête.
Il n’y a aucune substitution pour la stratégie et la précaution.

[b][u]LOI 48 : Assumez l’informe.[/u][/b]

En prenant forme, en ayant un plan visible, vous vous ouvrez à l’attaque.
Au lieu de prendre forme pour que votre ennemi vous attrape, restez flexible et en mouvement.
Acceptez le fait que rien n’est certain, et aucune loi n’est fixée.
La meilleure façon de se protéger est d’être aussi fluide et sans forme que l’eau, ne pariez jamais sur la stabilité ou sur l’ordre.
Tout change !

_________________
[center]
Quote:
Pas encore Don Love mais bientôt digne de l'être
[/center]


[center]Image
[/center]


Top
   
PostPosted: 24 Jun 2011, 20:43 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Autrement dénommé "le manuel du parfait petit salopard" xD

Certaines règles sont intéressantes, instructives, et d'autres un peu négatives voire même carrément terrifiantes. Hélas une seule constante : souvent très vrai.

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
PostPosted: 25 Feb 2013, 19:41 
User avatar

Joined: 11 Dec 2010, 02:16
Posts: 3948
Réflexion du même style appliquée aux jeux vidéo du jour J :

http://www.dday-overlord.com/article_jeux_videos.htm

_________________
"Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d'un seul."
[Charles De Gaulle]
Image
Image


Top
   
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic  Reply to topic  [ 14 posts ] 

All times are UTC+02:00


Who is online

Users browsing this forum: No registered users


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum

Jump to:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Limited